IEATC-Nantes

Institut d'Énergétique et Acupuncture Traditionnelles Chinoises

L’acupuncture comme traitement prénatal de routine

Le traitement prénatal de routine en acupuncture réfère à une série de traitements dans les dernières semaines de la grossesse. Il est suggéré d’avoir une visite chez l’acupuncteur une fois par semaine à partir de 37 semaines de grossesse afin de préparer la femme à donner naissance. Une étude[1] a montré que la durée moyenne du travail des femmes qui accouchaient pour la première fois était de 8 heures et 2 minutes pour les 70 femmes du groupe témoin contre 6 heures et 36 minutes pour celles (70 femmes) qui avaient bénéficié d’un traitement prénatal par acupuncture. En pratique clinique, l’acupuncture s’avère la méthode idéale pour préparer les femmes à avoir le travail le plus efficace possible. En réalité, cette pratique de l’acupuncture va bien au-delà de la réduction de la durée du travail; le nombre des interventions médicales ou chirurgicales (césariennes) est également réduit.

L’acupuncture prénatale offre aux praticiens formés pour cette pratique, l’occasion de dispenser un traitement sûr et efficace en favorisant le travail naturel permettant aux femmes d’avoir accès aux bienfaits de l’acupuncture lors de leur accouchement. L’acupuncture en fin de grossesse s’utilise principalement de deux façons. Premièrement des points particuliers destinés à l’accouchement agissants spécifiquementsur la préparation du col de l’utérus et du pelvis peuvent aider la future mère pour la naissance. De plus, le traitement peut être bonifié en fonction des désagréments présents chez la femme en fin de grossesse tels l’insomnie, l’anxiété, les brûlures d’estomac, la constipation, les hémorroïdes etc.

Fait intéressant, dans les hôpitaux allemands qui pratiquent l’acupuncture, l’utilisation d’une prescription de points d’acupuncture à défaut d’une fois par semaine, est une procédure courante pour préparer la femme au travail.

 

Références : Debra Betts, Guide pratique d’acupuncture pour la grossesse et l’accouchement, Satas 2012, p. 139-147;  Journal of Chinese Medicine October 2004,  The use of acupuncture as a routine pre-birth treatment.


[1] Kubista E, Kucera H (1974). « Uber die Anwendung der Akupunktur zur Geburtsvorbereitung », Geburtshilfe Perinatol : 178, 224-9.

Les preuves scientifiques

Un consensus du National Institutes of Health (NIH) en 1997 confirme que des endorphines et autres peptides relâchés dans les systèmes nerveux central et périphérique ainsi que l’induction de changements dans les fonctions neuroendocriniennes sont reliés à l’efficacité de l’acupuncture.

L’OMS (2002), en se basant sur la littérature récente, a produit une liste de maladies et de dysfonctions pour lesquelles l’acupuncture avait été évaluée grâce à des recherches cliniques contrôlées. Cette évaluation correspond aux données du NIH (1997) et confirme les données de la British Medical Association (2000) 

Acupuncture: Review and Analysis of Reports on Controlled Clinical Trials http://apps.who.int/medicinedocs/fr/d/Js4926e/#Js4926e

Voici la liste des maladies, symptômes et conditions pour lesquels l’acupuncture s’est révélée un traitement efficace lors de recherches cliniques contrôlées :

  • Arthrite rhumatoïde
  • Céphalées et migraines
  • Cervicalgies
  • Colique biliaire
  • Colite néphrétique
  • Déclanchement du travail
  • Dépression
  • Diarrhée
  • Douleurs faciales, incluant les problèmes cranio mandibulaires
  • Douleurs post chirurgicales
  • Dysménorrhée primaire
  • Effets secondaires de radio et chimiothérapie
  • Entorses
  • Gastralgie (ulcère peptique, gastrite aigue et chronique, crampes gastriques)
  • Hypertension primaire
  • Hypotension primaire
  • Leucopénie
  • Lombalgies
  • Nausées matinales
  • Ostéo arthrite de l’épaule
  • Ostéo arthrite du genou et douleurs rhumatismales
  • Rhinite allergique
  • Sciatalgies
  • Tendinites
  • Version fœtale 

La tomodensitométrie (CT-SCAN) démontre des structures anatomiques précises pour les points d'acupuncture.

Cette étude, a permis de démontrer, qu'avec l'amélioration de la technologie, une organisation anatomique différente aux points d'acupuncture peut être observée.

L'étude a été publié initialement dans le «Journal of Electron Spectroscopy and Related Phenomena» en mars 2014. Grâce à la technologie de la tomographie et sa capacité d'examiner les points en 3D, une organisation anatomique différente a pu être distinguée aux points d'acupuncture. Les points ont une densité plus élévée en micro-vaisseaux et des structures micro-vasculaires associées. Les régions dites «non points» n'ont pas ces particuliarités. Le résumé de l'articule publié sur le site du Healthcare Medicine Institute (voir lien plus bas) vous montre les images de ces densités anatomiques pour les points 7P, 8P, 9P. C'est très intéressant ! 

SOURCE :
Chenglin, Liu, Wang Xiaohu, Xu Hua, Liu Fang, Dang Ruishan, Zhang Dongming, Zhang Xinyi, Xie Honglan, and Xiao Tiqiao. "X-ray phase-contrast CT imaging of the acupoints based on synchrotron radiation." Journal of Electron Spectroscopy and Related Phenomena (2013).

Vous pouvez lire le résumé de cette étude (en anglais) sur le site de HealthCMi (Healthcare Medicine Institute) : 
http://www.healthcmi.com/Acupuncture-Continuing-Education-News/1230-new-ct-scans-reveal-acupuncture-points 

Nous tenons à remercier le Comité scientifique de l'OAQ d'avoir partagé cette recherche avec la communauté des acupuncteurs.


Des neuroscientifiques américains ont montré qu'un mécanisme physiologique bien connu permettait d'expliquer les bienfaits de cette science orientale sur certaines douleurs locales.

L'acupuncture a beau être une science orientale vieille de plus de 4000 ans, ses mécanismes restent largement méconnus. C'est tout un pan de la médecine chinoise qui est d'ailleurs souvent méprisé par les scientifiques occidentaux. Une étude américaine menée par Maiken Nedergaard, neuroscientifique à l'université de Rochester à New York, va peut-être permettre de changer un peu cet état de fait. Dans ce papier publié en ligne dimanche dans Nature Neuroscience, la chercheuse lève le voile sur un processus physiologique permettant d'expliquer comment l'acupuncture permet de soulager les souris d'une douleur localisée. Ces résultats établissent un pont intéressant entre médecines orientale et occidentale.

Les séances d'acupuncture menées par Maiken Nedergaard ont duré une demi-heure pour chaque animal. A chaque fois, elle a enfoncé une aiguille dans un point bien identifié situé dans la patte douloureuse d'un cobaye et a tourné l'aiguille, selon une méthode traditionnelle, toutes les cinq minutes. Elle a alors prélevé un peu du liquide qu'elle trouvait dans la zone piquée, et a mesuré la teneur en adénosine, un anti-douleur naturel sécrété par certaines cellules. A la fin de la séance, celui-ci était 24 fois plus élevé qu'au début. Par ailleurs, les chercheurs ont constaté que cela coïncidait bien avec une diminution importante de la souffrance pour deux tiers des souris traitées.

L'acupuncture traditionnelle peut être améliorée

Afin d'assurer que c'était bien ce mécanisme qui expliquait la réussite des séances d'acupuncture, son équipe a mené la même expérience sur des souris génétiquement incapables d'utiliser l'adénosine (elles n'ont pas le gène qui permet de synthétiser les récepteurs indispensables à l'action antalgique de la molécule). Les séances d'acupuncture n'ont alors eu aucun effet sur elles. En injectant de l'adénosine directement dans la patte de la souris, la chercheuse a d'ailleurs obtenu des résultats sensiblement similaires à ceux observés après traitement par acupuncture.

Pour finir, les scientifiques ont utilisé un médicament contre la leucémie, la deoxycoformycine, connue pour ralentir la disparition de l'adénosine dans les cellules musculaires. Les bienfaits des séances d'acupuncture ont ainsi été prolongés trois fois plus longtemps. Maiken Nedergaard a donc bien montré qu'il était possible, dans le principe, d'améliorer l'acupuncture en l'assistant par la médecine occidentale. Elle aura aussi démontré par la même occasion qu'il était réducteur d'invoquer constamment l'effet placebo, comme le font les sceptiques, pour expliquer certaines réussites de l'acupuncture.


Acupuncture Regenerates Nerves


ON 20 FEBRUARY 2015.

  

 

Acupuncture repairs injured nerves. Findings published in Neural Regeneration Research demonstrate that acupuncture causes injured lower and upper limb motor nerves to repair. Electromyographic nerve conduction tests of acupuncture patients with nerve injuries document “an effective response” in 80% of patients participating in the study.

Electromyography confirms that acupuncture significantly improves motor nerve conduction velocity and amplitude and also promotes functional nerve repair. 

The researchers made an important discovery. A special set of acupuncture points resulted in good to excellent clinical responses at a very high rate. Using onlylocal acupuncture points, patients had an effective rate of 38.5%. By adding acupuncture points to the Du meridian in addition to local acupuncture points, the effective rate jumped to 80%.

The Du meridian is a pathway composed of 28 primary acupuncture points plus extra acupoints. Many of the Du meridian acupuncture points are located on the midline of the back below the spinous processes of the vertebrae. In Traditional Chinese Medicine (TCM), the application of acupuncture points to the Du meridian (Governor vessel) are used for the treatment of many disorders including spine and brain ailments, vertigo,numbness, tremors, febrile diseases, and infertility.

The research published in Neural Regeneration Research confirms the Du meridian’s significant role in the treatment of nerve injuries. Electroacupuncture was applied to both the upper and lower limb groups at a rate of once per day, five times per week for a total of six weeks. The total number of acupuncture treatments was 30 sessions per patient. The researchers conclude, “Our results indicate that Governor vessel and local meridian acupoints used simultaneously promote functional repair after peripheral nerve injury.”

The acupuncture points used in the study were a protocolized set of two acupuncture point prescriptions, one for the upper limbs and one for the lower limbs. The upper limb acupuncture point prescription consisted of local acupoints at the site of the injured nerve plus the following Du meridian acupoints:

  • Baihui (DU20)
  • Fengfu (DU16)
  • Dazhui (DU14)
  • Shenzhu (DU12)

The lower limb acupuncture point prescription consisted of local meridian acupoints at the site of the injured nerve plus the following Du meridian acupoints:

  • Jizhong (DU6)
  • Mingmen (DU4)
  • Yaoyangguan (DU3)
  • Yaoshu (DU2)

The local acupuncture points used in the study were chosen based on the area of nerve injury. Radial nerve injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Jianyu (LI15)
  • Binao (LI14)
  • Quchi (LI11)
  • Hegu (LI4)
  • Yangxi (LI5)

Ulnar nerve injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Qingling (HT2)
  • Xiaohai (SI8)
  • Zhizheng (SI7)
  • Wangu (SI4)
  • Houxi (SI3)

Median nerve injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Quze (PC3)
  • Daling (PC7)
  • Neiguan (PC6)
  • Laogong (PC8)

Peroneal nerve injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Yanglingquan (GB34)
  • Guangming (GB37)
  • Juegu (GB39)
  • Qiuxu (GB40)

Tibial nerve injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Yinlingquan (SP9)
  • Sanyinjiao (SP6)
  • Diji (SP8)
  • Lougu (SP7)

Sciatic nerve injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Huantiao (GB30)
  • Ciliao (BL32)
  • Zhibian (BL54)
  • Yanglingquan (GB34)
  • Weizhong (BL40)
  • Juegu (GB39)

Brachial plexus injuries were treated with the following acupuncture points:

  • Jianyu (LI15)
  • Binao (LI14)
  • Quchi (LI11)
  • Waiguan (SJ5)
  • Baxie (EX-UE8)
  • The acupuncture needles were 0.35 x 25 mm and were applied to an approximate depth of 1 cun at each acupoint. Manual acupuncture was applied to elicit a response followed by application of electroacupuncture with a sparse-dense wave between 2 - 100 Hz. Intensity was set to tolerance  levels.

    The researchers note that nerve injuries affect the metabolic microenvironment. Citing an example, they note that sciatic nerve injuries reduce acetylcholinesterase activity in the lumbar spinal cord microenvironment. This causes neuronal cell death thereby impeding nerve repair. The researchers note that acupuncture counteracts this effect citing that it successfully increases “acetylcholinesterase expression in spinal cord tissue after peripheral nerve injury.” As a result, the researchers suggest that this may be an important mechanism by which acupuncture promotes the healing of peripheral nerves.


    Reference:
    Gh, He, Ruan Jw, Zeng Ys, X. Zhou, Y. Ding, and Zhou Gh. "Improvement in acupoint selection for acupuncture of nerves surrounding the injury site: electro-acupuncture with Governor vessel with local meridian acupoints." Neural Regeneration Research 10, no. 1 (2015): 128.



Acupuncture peut être utile pour la douleur chronique: Une méta-analyse


Une étude récente financée par le NCCAM, employant les données des patients méta-analyses et publiés dans les différents Archives of Internal Medicine , fournit la preuve la plus rigoureuse à ce jour que l'acupuncture peut être utile pour la douleur chronique. En outre, les résultats de l'étude fournissent des preuves solides que les effets de l'acupuncture sur la douleur sont attribuables à deux composants. La plus grande composante des facteurs tels que la croyance du patient que le traitement sera efficace, ainsi que des effets placebo et autre contexte. Un composant spécifique à l'acupuncture plus petit implique des questions telles que l'emplacement des points d'aiguilletage spécifiques ou profondeur de aiguilletage.

Bien que des millions d'Américains utilisent l'acupuncture chaque année, souvent pour la douleur chronique, il ya eu une controverse considérable entourant sa valeur comme une thérapie et si elle est quelque chose de plus qu'un placebo élaborée. Les recherches portant sur un certain nombre de mécanismes possibles pour les effets analgésiques de l'acupuncture est en cours.

Des chercheurs de la collaboration de l'acupuncture Trialists, un groupe qui a été créé pour synthétiser les données provenant d'essais randomisés de haute qualité sur l'acupuncture pour les douleurs chroniques, ont effectué une analyse des données individuelles des patients des essais contrôlés randomisés 29 de haute qualité, y compris un total de 17 922 personnes . Ces essais ont étudié l'utilisation de l'acupuncture pour les douleurs au dos et au cou, arthrose, douleur à l'épaule, ou maux de tête chroniques.

Pour tous les types de douleur étudiés, les chercheurs ont constaté des différences modestes mais statistiquement significatives entre l'acupuncture par rapport à des approches d'acupuncture simulée (ie effets spécifiques) et les grandes différences entre l'acupuncture par rapport à un pas-acupuncture contrôles (ie effets non spécifiques). (Dans l'acupuncture traditionnelle, les aiguilles sont insérées à des points spécifiques sur le corps l'acupuncture simulée comprend une variété d'approches qui imitent cette procédure;.. Certaines approches ne percent pas la peau ou utilisent des points spécifiques sur le corps) Les tailles des effets étaient généralement semblable dans toutes les conditions de la douleur étudiés.

Les auteurs notent que ces résultats suggèrent que les effets totaux de l'acupuncture, telle qu'elle est vécue par les patients dans la pratique clinique, sont cliniquement pertinentes. Ils ont également noté que leur étude fournit la preuve la plus solide à ce jour que l'acupuncture est plus que juste un placebo et une option de renvoi raisonnable pour les patients souffrant de douleur chronique.

Référence
  • Vickers AJ, Cronin AM, Maschino AC, et al. L'acupuncture pour la douleur chronique: données individuelles des patients méta-analyse. Archives of Internal Medicine. 10 Septembre 2012; Epub ahead of print.